Affaire yann Bahou: la célébrité n’est pas au-dessus des lois d’un pays

L’ animatrice ivoirienne Yann Bahou à la tête d’une grosse polémique qui aurait durant tout ce week end animé les débats sur la toîle.De ce qu’il en ressort cette dernière aurait été refoulé de l’aéroport de Libreville. Selon elle, les agents de la Paf aurait abusé de leur autorité en lui infligeant un mauvais traitement. Un fait dénué de la réalité vu que des langues se sont déliées pour affirmer que l’animatrice n’était pas en règle.

C’est ce qui en ressort du post facebook de Yann Bahou, animatrice ivoirienne.Il semblerait que cette dernière prétend avoir été abusé par les agents de la Paf à l’aéroport de Libreville.Un fait que ses multiples versions ne semblent pas corroborer.

Puis que cette dernière affirme dans un premier temps avoir été refouler après une nuit de détention et dans un second temps elle affirme également qu’elle aurait eu le soutien d’un lieutenant x qui lui aurait permis de sortir de l’aéroport et que 4 heures après elle serait retournée vers la Paf suite à l’appel d’un de ses compatriotes.

Plusieurs versions pour une scène qui s’est déroulée en moins de 24heures. Tout porte à croire que cette dernière a voulu jeté le discrédit sur le Gabon. Alors que l’entrée a pays lui a été refusé car n’étant pas en règle.

Au Gabon la loi s’applique à tous.Par ailleurs « Pour obtenir une autorisation d’entrée, y compris dans le cadre d’une visite familiale, la demande doit être effectuée par l’hôte au Gabon auprès de la Direction générale de la documentation et de l’immigration à Libreville », rappelle un haut responsable de la Direction générale de la documentation et de l’immigration au Gabon (DGDI).

« Le visiteur doit présenter une copie de la demande à l’embarquement, au départ de l’aéroport. Elle est ensuite échangée, à l’arrivée au Gabon, contre l’autorisation d’entrée », précise le haut-fonctionnaire. Celui-ci ajoute qu’ « au même titre que pour les visas délivrés dans le pays de provenance, il est recommandé, pour les autorisations d’entrée, que les répondants locaux (familles ou entreprises) soient présents à l’aéroport, lors de l’arrivée des personnes attendues, munis des documents originaux du dossier, dans le cas où ceux-ci n’ont pas pu leur être envoyés avant leur départ ». Or, en l’espèce rien de tout cela.

« Aucune demande préalable depuis le Gabon n’avait été faite au sujet de Mme Yann Bahou, qui a manifestement embarqué à Abidjan pour Libreville sans ce document », explique notre interlocuteur. « La vérité, c’est que certains tentent de profiter de leur notoriété pour obtenir des passe-droit » « Qui plus est », complète-t-il, « à l’aéroport de Libreville, aucun répondant local, c’est-à-dire quelqu’un de sa famille ou de ses amis, munis des documents originaux du dossier, ne l’attendait ».

En définitif , Mme Yann Bahou ne peut s’en prendre qu’à elle-même. C’est ce qu’indique d’ailleurs un agent de la DGDI à l’aéroport de Libreville qui a assisté à toute la scène. « Les choses se sont passées de manière très différente de ce dont on a pu lire sur internet et les réseaux sociaux (…) », relève ce fonctionnaire qui souligne que « Mme Bahou s’est montrée discourtoise et véhémente et pas du tout coopérative ».

« La vérité », explique-t-il, « c’est que certains tentent de profiter de leur notoriété pour obtenir des passe-droit. Mais au Gabon, c’est le droit qui s’applique et celui-ci est le même pour tous, que vous soyez riches ou pauvres, célèbres ou anonymes »

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x