Ali Bongo Ondimba présent lors de l’audience solennelle de rentrée judiciaire, ouverte cette année par une femme.

Conformément aux dispositions constitutionnelles, le Président de la République Chef de l’État, par ailleurs Président du conseil supérieur de la magistrature S.E Ali Bongo Ondimba, a pris part à l’audience solennelle de rentrée judiciaire des cours et tribunaux qui a eu lieu lundi 05 octobre au palais de justice de Libreville. Il est à noter que l’audience a été ouverte par une femme, en l’occurrence la première présidente de la cour de cassation.

Tout un symbole, quand on sait que dernièrement le chef de l’État a reçu des mains de son épouse le rapport stratégique de promotion des droits de la femme et de réduction des inégalités femmes-hommes au Gabon.

C’est une rentrée qui se tient chaque année. Mais, il faut dire que cette année elle revêt un caractère particulier, car elle a été ouverte par une femme, en la personne de Olga Ndzamba Massougna, épouse Tchikaya, la première présidente de la cour de cassation, qui a été nommée cette année à ce poste. Voilà là encore une nomination qui est le reflet de la volonté des plus hautes autorités du pays en tête desquelles le Président de la République Chef de l’État S.E Ali Bongo de mettre en place une véritable politique de féminisation au sein de la haute administration gabonaise.

Après l’ouverture de la rentrée judiciaire, le tour est revenu au premier président de la cour des comptes, Gilbert Ngoulakia qui, en sa qualité de président de séance, a pris la parole, en présence du chef de l’État, du premier ministre chef du gouvernement, ainsi que des membres du gouvernement.

À l’issue de la cérémonie, Ali Bongo a salué personnellement les principaux magistrats. Il a participé aux côtés des militaires à une cérémonie de prise d’armes avec présentation du drapeau, moment qu’affectionne particulièrement le chef de l’État Gabonais, car pendants 10 ans, il a exercé la fonction Ministre de la Défense (de 1999 à 2009).

Il faut noter que depuis que Erlyne Antonella Ndembet, epse Damas est à la tête du ministère de la Justice, le climat au sein de ce département ministériel s’est nettement apaisé. Elle a installé un dialogue permanent et fluide avec les magistrats et les avocats, en outre l’administration judicaire dont elle a la charge, qui hier était critiquée pour son manque de diligence, a vu son fonctionnement s’améliorer. Une preuve de la compétence de la femme Gabonaise.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x