CNAMGS: Entre mauvaise foi et sabotage de l’action du Chef de l’Etat.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, le Président de la République, Chef de l’État, S. E. Ali Bongo Ondimba lors de ses discours à la Nation, a invité ses compatriotes à faire preuve de civisme, de responsabilité, de solidarité, et d’entraide. C’est fort de cela, qu’il va lui-même montrer l’exemple. En effet, pour atténuer l’impact lié à cette crise sanitaire sans précédent chez les Gabonais économiquement faibles, qui est la couche la plus vulnérable de notre société, le numéro un Gabonais a mis a disposition un fonds d’aide personnel de l’ordre de 2 milliards 100 millions de FCFA, pour la prise en charge du ticket modérateur des GEF, sur une période de 6 mois.

Initiée par le Chef de l’État et rendue effective le 27 Avril par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS). La prise en charge du ticket modérateur des économiquement faibles (GEF), est un geste fort qui fait du bien aux bénéficiaires.

Sauf que sur le terrain, certains sinistres individus, orphelins des méthodes moyenâgeuses ont décidé de saboter l’action du Président de la République, en usant de moyens peu orthodoxes pour faire du profit, notamment, les pharmacies qui en plus de mépriser les clients détenteurs d’une ordonnance CNAMGS, les traitent comme des déchets de la République. Ces dernières ont trouvé une autre méthode pour les vider du peu d’argent qu’ils possèdent en cette période difficile.

Désormais les pharmaciens vous diront que:  » le médicament marqué sur votre ordonnance n’est pas pris en charge par la CNAMGS, où est en rupture, il vous faut un équivalent » sauf que l’équivalent n’est pas pris en charge par la CNAMGS, vous devez donc débourser de l’argent. Une véritable arnaque.

La responsabilité de ce scandale incombe très clairement à la ministre chargée du suivi de la stratégie de l’investissement humain et des solidarités nationales, Prisca Koho Epse Nlend, au ministre de la santé Max Limoukou, et au Directeur général de la CNAMGS Séverin Anguilet. Ces entités sont Simplement entrain de révéler leurs incapacités à mettre en musique cette mesure. C’est inadmissible et inacceptable que dans une période aussi difficile, de telles pratiques se déroulent sans que personne ne tape du point sur la table. Et comme d’habitude c’est le peuple Gabonais qui subit la cupidité des perfides trompeurs. Il est temps d’y mettre fin sans délais.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x