Droit de réponse à Echo du Nord sur l’article concernant le Réseau Routier National

La faisabilité du projet de 780km de route bitumée annoncée par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, a été critiquée négativement par le journal Echo du Nord en dépit des aspects factuels.

Un billet signé par Etienne Francky Meba Ondo aux antipodes des réalités. Fort de son propos, nous tenons à lui rappeler que l’idéal lorsqu’on ne maitrise pas un sujet serait de s’informer. Cette démarche bancale qui consiste à relever les chiffres des réalisations des magistères d’Ali Bongo Ondimba pour se pencher sur une analyse délétère est simplement insensée.

Pourquoi le projet de 780km de route verra le jour ?

Tout d’abord, il serait aisé de mettre en avant les données relatives à ce projet. La réalisation de la Transgabonaise rentre dans le cadre d’un partenariat public privé entre l’État Gabonais et la Filiale Internationale Méridiam qui s’affirme dans la gestion des projets d’infrastructures. Il est aisé de rappeler que Meridian a participé en 2016 à la construction du port d’Owendo. Ces données vérifiables démontrent la pertinence des propos du Président de la République lors de son discours à la nation.

Ensuite, le réseau routier national représente un énorme défi dans la mesure où notre environnement et notre climat instables exigeaient des études d’impacts environnementaux. On peut prendre pour exemple l’effondrement de la route de Ndjolé. Le Chef de l’État conscient de cet état de fait, a souhaité cette fois-ci que le Gabon puisse signer un partenariat avec un groupe expérimenté dans les grandes réalisations.

Enfin, cette tendance commune à l’ensemble des communicants de l’opposition moribonde qui s’inscrivent en fonction de leurs intérêts polluent le débat social et politique du Gabon.

Loin de verser dans l’invective, l’auteur de ce propos lors de ses précédents postes au cabinet du Ministère de l’Enseignement Supérieur sous l’ère Moukagni Iwangou, n’exprimait pas son interjection vis-à-vis de la gestion de l’exécutif. C’est suite à sa démission lors d’un conflit d’intérêt que Etienne Francky Meba Ondo a revêtu une veste malléable au gré d’un patriotisme monétaire.

On ne peut se targuer d’être un défendeur des besoins des populations lorsqu’on a une moralité douteuse. Cette manière de faire a des répercussions sur la jeunesse car de nombreuses personnes recherchent à briller en vilipendant les autorités au lieu de s’affirmer dans des actions patriotiques.

Texte signé par un observateur de la vie politique gabonaise.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x