LA CAISTAB PROCÈDE AU LANCEMENT DES ACTIVITÉS DU BUREAU PÉRÉQUATION FARINE AU COMPLEXE AGRO-INDUSTRIEL DU GABON.

Le patron de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Thierry Prosper Mboutsou a procédé le, vendredi 22 octobre au lancement à Owendo, des activités du Bureau péréquation farine sis au Complexe Agro-industriel du Gabon (CAIG).

“La mise en service du Bureau Péréquation Farine, (…) traduit des exigences à la fois légales et managériales. En effet, afin d’assurer l’opérationnalité du mécanisme de la péréquation de la farine de blé, chacun d’entre vous est un maillon essentiel”, a indiqué le Directeur général de la CAISTAB au cours de la cérémonie de lancement des activités de ce bureau.

La réalisation de ce bureau tombe à pic pour les quelques agents affectés à ce poste. En effet, il y a encore quelques mois, ils exerçaient dans des conditions difficiles, à l’air libre. “Comprenez ainsi que c’est dans l’optique de créer des conditions de travail optimales et favorables à un épanouissement professionnel que ce bâtiment a été construit”, a expliqué le directeur général.

Composé essentiellement des bureaux destinés au Chef de service et des agents, ils sont tous équipés de tables, d’armoire de rangement, des chaises, de la climatisation et d’un vestiaire. Il est important de spécifier que, ce nouveau bureau, a été construit par une entreprise de droit gabonais, CHLYND Construction. Il est le résultat d’un partenariat entre la Direction générale de la CAISTAB et la CAIG, filiale du Groupe FOBERD.

Sa mise en service fait le bonheur des agents de la CAISTAB. “Après quatre années de galère à travailler en plein air et exposés aux intempéries, rendant le travail difficile et pénible, nous nous réjouissons de la mise en service de ce bâtiment qui va booster notre rendement au quotidien”, s’est fortement réjouit Jean Obame, Chef du bureau péréquation farine du CAIG.

Ledit pôle de la CAISTAB a pour but, d’assurer le suivi de la consommation en farine du Grand Libreville et le contrôle des cargaisons de ce produit à destination de l’intérieur du pays. En cela, nous avons la possibilité de dire en temps et en heure les quantités de farine consommées dans les différentes localités du pays.

En moyenne, en fonction de la demande, ce pôle observe et contrôle l’expédition en province de 30 à 40 tonnes de farine par jour. Néanmoins, avec l’effectivité du système autonome de péréquation, ces quantités sont appelées à accroître, renforçant de facto les contrôles sur ce produit.

“C’est donc en prélude à cette nouvelle vision dont les activités nécessitent une organisation particulière et des conditions de déploiement spécifique que vous est alloué cet édifice”, a explicité en guise de conclusion le directeur général.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x