La France intensifie ses relations avec le Gabon

Dans un article publié ce mercredi 19 janvier, la Lettre du  Continent est revenu sur les relations entre le Gabon et la France. Des relations mouvementées depuis l’accès du Gabon au Conseil de Sécurité de l’ONU.

« Ce rapprochement progressif, opéré dès 2020 à l’initiative de la diplomatie française, devrait encore s’intensifier avec l’entrée du Gabon au Conseil de sécurité de l’ONU pour les deux prochaines années », explique la très informée Lettre du Continent.

« Libreville n’avait pas connu un tel défilé de diplomates et parlementaires français depuis au moins une décennie. Le mois dernier, ce ne sont pas moins de trois délégations tricolores qui se sont succédé dans la capitale gabonaise », écrit le bimensuel qui ajoute qu’« après quatre années passés à se considérer avec indifférence et, parfois, irritation, Paris et Libreville se sont engagés, depuis la fin de l’année dernière dans une normalisation progressive de leurs relations ». 

Et La Lettre du Continent a également mis en avant c la visite du directeur Afrique du Quai d’Orsay, Christophe Bigot, en décembre à Libreville, de même que la venue dans la capitale gabonaise, toujours en décembre, d’une délégation de députés français, conduite par Jean Terlier (LREM) appartenant au groupe d’amitié France-Gabon, sans oublier le long tête-à-tête à l’Élysée le 12 novembre dernier entre Ali Bongo Ondimba et Emmanuel Macron (près d’une heure de discussion).

Un rapprochement initié par la France  qui montre l’intérêt de Paris pour Libreville. « Ces dernières années, le Gabon est devenu un acteur incontournable sur la scène diplomatique mondiale », a déclaré il y a quelques semaines un ancien ministre des Affaires étrangères, qui continue à faire autorité. Il faut dire que le Gabon a intégré le 1er janvier dernier le Conseil de sécurité de l’ONU. Une institution dont il assurera la présidence en septembre prochain. Or, Paris a besoin d’alliés dans cette instance pour peser sur certains dossiers.

Surtout, le Gabon s’est érigé en « superpuissance verte. » « Il s’agit de l’un des pays les plus stratégiques dans la lutte contre le réchauffement climatique », confirme un ambassadeur occidental en poste en Afrique. La COP 26 de Glasgow l’a encore démontré, Ali Bongo Ondimba a été parmi les premiers à prendre la parole. A cette occasion, le Gabon a été le chef de file des négociateurs africains. Or, pour Paris, le dossier climatique est prioritaire. Et l’appui du Gabon ne lui est pas seulement nécessaire. Il lui est indispensable.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x