La France met en vente un masque Gabonais illégalement acquis.

Décidément n’est pas le pays des droits de l’homme, mais celui du deux poids deux mesures. La promptitude avec laquelle les médias français s’empressent d’attaquer les chefs d’États et de gouvernement africains sur les supposées affaires des biens mal acquis, demeurent bien silencieux. Les grands donneurs de leçons sont-ils les plus fourbes ? Cette interrogation a tout son sens.

En effet, un précieux masque Fang  » Nguil » datant du 19ème siècle a été vendu aux enchères ce samedi 26 mars 2022, à Montpellier, à Montpellier en France à 4,2 millions d’Euros soit plus de 2,7 milliards de Fcfa. Précisons que jusqu’ici l’identité de l’acquéreur reste inconnue. Sauf que la polémique autour de cette vente qui a battu des records ne cesse de s’accroître, surtout quand on sait que cet objet qui appartient au patrimoine ancestral Gabonais vieux de 1918 a été acquis par des moyens frauduleux.

Notons, à toutes fins utiles, que c’était, le gouverneur René-Victor Edward Maurice Fournier, officiant à Dakar qui, au cours des années 20, a ramené cette œuvre en France. Le problème, c’est que personne à ce jour n’est capable de dire avec précisions, preuves et éléments probants comment ce fonctionnaire colonial se l’est procuré. Très certainement par un vol ou un détournement. Vendu à plus de 2,7 milliards de FCFA, cette relique est désormais l’œuvre d’art la plus chère du monde. Initialement estimée à 400 000 € maximum, elle a largement dépassé les prévisions.

L’irruption au moment de la vente d’un groupe de gabonais, venu protester et dénoncer la vente de « biens mal acquis coloniaux » n’a malheureusement pas pu empêcher le déroulé de la cérémonie. Une cérémonie de vente aux enchères qui vient mettre en exergue le deux poids deux mesures qui prévaut en matière de « Biens mal acquis » entre la France et le Gabon.

Le cas de ce masque Nguil du Gabon n’est pas un cas isolé, bien au contraire. Les patrimoines culturels ont été longtemps vidés par les occidentaux, notamment la France. Il est peut-être aujourd’hui temps d’y mettre fin. Il faut que l’ensemble de ces biens soient restitués aux africains.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x