L’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU recadre le Mali et se montre dithyrambique envers le Gabon.

Cette information est confirmée par le très célébrissime quotidien The Washington Post dans un article paru le vendredi 29 octobre dernier.

En effet, le journal Américain, rapporte que, L’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies étaient en tournée cette semaine en Afrique.

Cette visite de terrain, a clairement était l’occasion, pour la diplomate américaine, de donner sa position et bien évidemment celle de son pays, sur l’atmosphère qui prévaut sur le continent.

C’est dans cette optique que, Linda Thomas-Greenfield a vigoureusement tancé la junte malienne au pouvoir dirigée par Assimi Goïta, en réaffirmant son indéfectible attachement aux principes démocratiques et rappelant dans de facto aux dirigeants Maliens la nécessité de rendre le pouvoir au civil en organisant des élections en février prochain.

À l’inverse, Linda Thomas-Greenfield n’a en revanche pas tari d’éloges à l’égard du Gabon, dire qu’elle a été dithyrambique est un euphémisme.

Comme l’indique le très crédible et célèbre Washington Post, qui rappelons-le est l’un des quotidiens les plus lus et respectés au monde, « Mme Thomas Greenfield a félicité le président Ali Bongo Ondimba pour la récente élection du Gabon comme membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU », mais également pour « son implication décisive dans la lutte contre le réchauffement climatique ».

Le chef de l’exécutif gabonais, dont le pays a la charge de conduire le groupe des négociateurs africains sur le climat à la COP26 qui se déroule actuellement à Glasgow en Écosse, a été l’un des principaux acteurs de cette grand-messe, sur la protection de l’environnement. Et Pour preuve, il s’est exprimer entre le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Joe Biden. Rien de moins !

Dans un discours (en Français et en Anglais) intense, rassembleur et moralisateur, le numéro un Gabonais a invité les États à œuvrer pour la protection des forêts comme celle du Bassin du Congo.

Mais ce n’est pas tout, Ali Bongo Ondimba, a été également l’unique Chef d’État Africain à publié une tribune en rapport avec la COP26, dans l’un des plus grands médias britanniques et mondiale, en l’occurrence « The Times ».

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x