Le FMI prête au Congo 455 millions $ dans le cadre d’un accord FEC de 3 ans

Pour relancer l’activité économique, l’Etat a conclu un accord de réformes avec le FMI, destiné notamment à réduire la dette et obtenir une croissance plus inclusive.

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de valider un financement de 455 millions $ en faveur de la République du Congo. L’annonce a été faite par l’institution via un communiqué sur son site Internet.

Le financement s’inscrit dans le cadre d’un accord de facilité élargie de crédit (FEC) conclu avec Brazzaville. S’étalant sur 36 mois, celui-ci vise à aider le pays à maintenir sa stabilité macroéconomique tout en soutenant la reprise économique post-covid-19, notamment en catalysant le soutien financier d’autres partenaires du pays. L’objectif sera également de réduire les vulnérabilités de la dette tout en accélérant les dépenses sociales et les investissements infrastructurels.

Il faut rappeler que depuis 2015, le Congo connaît une crise qui a fait plonger son économie dans la récession. Avec l’arrivée de la covid-19, le PIB du pays a chuté de -8,2% en 2020, après une récession de -0,4% l’année précédente. Grâce aux réformes mises en place pour relancer l’activité économique, la croissance du pays ne s’est contractée que de 0,2% en 2021, et est d’ailleurs attendue par le FMI, en hausse à 2,3% pour l’année en cours.

« L’économie de la République du Congo devrait se renforcer au second semestre, soutenue par le déploiement des vaccins, les dépenses sociales et le paiement des arriérés intérieurs », a indiqué le Fonds, ajoutant néanmoins que cette reprise devra faire face à des risques importants, notamment une possible aggravation de la pandémie, une volatilité continue des prix et de la production du pétrole, des chocs liés au changement climatique et une mise en œuvre des réformes plus faible que prévu.

« Le programme des autorités, soutenu par un nouvel accord triennal de facilité élargie de crédit, vise à maintenir la stabilité macroéconomique pendant la reprise, à réduire les fragilités et à placer le pays sur une trajectoire à moyen terme vers une croissance plus élevée, plus résiliente et plus inclusive. L’accord devrait également catalyser le soutien des partenaires de développement », a également indiqué Kenji Okamura, directeur général adjoint du FMI.

Notons que la validation du nouvel accord par le conseil d’administration de l’institution entraîne le décaissement immédiat de 90 millions $ en faveur du pays.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x