Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) en congrès extraordinaire le 12 décembre.

Dans un climat politique marqué par la cohésion et le rassemblement au sein de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence et de vives tensions au sein de l’opposition, le Distingué Camarade Président du Parti Démocratique Gabonais (PDG) Gabonais Ali Bongo Ondimba, convoque un congrès extraordinaire le 12 décembre 2021 prochain.

Le PDG, première formation politique du pays, tiendra un congrès extraordinaire ce dimanche 12 décembre à Libreville. Lors de cette grande messe pédégiste, une grande annonce pourrait être faite par son premier responsable, Ali Bongo Ondimba.

Au lendemain d’un périple diplomatique fructueux de trois semaines, le Distingué Camarade Président du PDG, par ailleurs Président de la République Chef de l’État SEM Ali Bongo Ondimba, revient aux questions essentielles, dont celles d’ordres domestiques.

Précisons que, dès son retour sur le territoire Gabonais, il a reçu en audience la cheffe du gouvernement pour faire le point sur les questions d’emploi, d’éducation, de la santé. Des sujets importants qui demeurent parmi les priorités du Chef de l’État.

Nonobstant cet agenda hautement chargé, le numéro Gabonais est très au fait des questions liées au fonctionnement de sa formation politique. Il vient de convoquer ses camarades à un congrès extraordinaire dimanche 12 décembre.

À la faveur de celle-ci, Ali Bongo devrait faire, selon des sources concordantes, une déclaration très importante.

Ledit congrès se déroule à moins de deux ans de la prochaine échéance électorale majeure dans notre pays, en l’occurrence la présidentielle de 2023.

Si dans le camp d’Ali Bongo Ondimba, on s’apprête à prendre part à cette élection en toute confiance, mais surtout unie et rassemblée, on ne peut pas dire de même pour l’opposition qui est engluée dans une guerre de clan, sans véritable programme politique cohérent est minée par les guerres de leadership, à l’instar de celle Alexandre Barro Chambrier, Jean Ping ou encore et Guy Nzouba Ndama ou encore celle entre Paul-Marie Ngondjout et Paullette Missambo. Au regard de ce climat délétère et de la position de force du PDG, il est évident que la prochaine élection présidentielle apparaît aujourd’hui comme étant une formalité.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x