Le parti social démocrate (PSD) est en bonne santé.

L’ancien vice-président de la République, par ailleurs Président du parti social démocrate a accordée une interview au quotidien l’Union, cette interview a été l’occasion pour Pierre Claver Maganga Moussavou d’affirmer que son parti se porte bien.

Sans éluder aucune question Pierre Claver Maganga Moussavou s’est livré pleinement. Le Président de parti social démocrate a affirmé que les quelques petites turbulences qui ont bousculés son parti ces derniers, ne l’a pas affaiblie, bien au contraire il a plutôt renforcer les liens et démontré la loyauté et la fidélité de ses militants.

Sur les accords d’Angondjé ne concerne pas les partis politiques. Ils concernent tous les Gabonais qui ont attendu et attendent leur application. J’ai cette chance d’avoir pris part, de manière active, à la conférence nationale et aux accords de Paris. Je peux vous dire que le malheur de notre pays réside, entre autres, dans le fait que nous foulons aux pieds nos lois. Il faut se plonger dans les Accords d’Agondjé et voir ce qui a été prévu, car ces accords sont toujours d’actualité » Dixit : Pierre Claver Maganga Moussavou.

Sur son positionnement il a été claire :  » j’ai participé aux accords de Paris et d’Agondjé en tant qu’opposant. Vous savez, il n’y a pas plus radical dans l’opposition que Pierre Claver Maganga Moussavou, sauf que ma radicalité n’est pas teintée de haine ou d’esprit de revanche. Vous pouvez ne pas être d’accord avec quelqu’un au niveau des idées et ne pas lui vouer une haine viscérale »

Sur sa récente rencontre avec Jean Ping Pierre Claver Maganga Moussavou explicite.  » Écoutez, ce n’est pas moi qui ai sollicité jean Ping, c’est le contraire. Qu’à cela ne tienne, vous devez vous faire à l’idée que tous les acteurs politiques Gabonaise se connaissent et qu’ils peuvent se rencontrer, à tout moment, pour échanger sur certain nombre de sujets liés, entre autre, à la vie de notre nation. Que M. Ping ait décidé de venir me voir pour un quelconque motif, je ne pouvais qu’accéder à sa requête. Nous avons discuté de plusieurs questions. Ce qui n’est qu’une attitude normale en démocratie »

Sur la question de sa plainte pour entrée en possession de ses émoluments après son éviction de la vice-présidence.  » J’ai toujours estimé que les fonctions qu’on occupe sont des expériences. Vice-président de la République, je n’ai bénéficié d’aucun avantage lié à mes fonctions. Tout compte fait, j’ai estimé qu’il n’était pas nécessaire de saisir la justice. D’autant plus que, depuis deux ans, la justice ne s’est toujours pas prononcée au sujet de la plainte que j’ai déposée contre un de vos confrères véreux, qui m’a mis en cause, injustement, dans l’affaire Kévazingo ».

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x