Le processus de réduction des inégalités hommes-femmes au Gabon se poursuit

Les autorités gabonaises en tête desquelles le Président de la République Ali Bongo Ondimba ainsi que la Première Dame Sylvia Bongo qui sont au cœur de la lutte pour les droits des femmes au Gabon, en Afrique et partout dans le monde, travaillent afin que les femmes puissent évoluer dans une société qui prendra en compte leurs besoins de protection, de s’affirmer et d’évoluer positivement.

Pour atteindre ces objectifs, la société civile et le Gouvernement ont prit l’engagement de mettre en place une stratégie gagnante. Et dans ce soucis, deux cabinets internationaux spécialistes en droit et leadership ont été recrutés.Le Cabinet Roland Berger et le cabinet Norton Rose Fulbright.

Il s’agissait de faire l’Etat des lieux et un diagnostique afin de mettre en place un plan d’actions.

La pandémie de la Covid-19 a rendu la situation des femmes plus complexe, dans ce contexte il faut que les femmes soient écoutés, protéger et soutenues, qu’elles aient aussi les possibilités d’avoir des sources de revenu afin de maintenir un bon niveau de vie.Le Gabon s’engage ainsi à poursuivre son processus d’égalité hommes-femmes à renforcer la protection des femmes ainsi que la reconnaissance de leur participation dans le processus de développement.

Ces engagements ont été accompagnés dans le cadre juridique tout d’abord par la mise en place de la décennie de la femme,la promulgation de la loi n°002/2015 du 25 juin 2015 portant adoption de la deuxième partie du Code Civil relative aux successions , de la Loi n°09/2016 du 05 septembre 2016 instituant un quota d’accès des femmes et des jeunes aux élections politiques et des femmes aux emplois supérieurs de l’État, de la Loi n°10/2016 du 5 septembre 2016 portant sur la lutte contre le harcèlement sexuel en milieu professionnel, du décret n°00099/PR du 05 juillet 2019 de la loi n°42/2018 portant code pénal qui renforce la pénalisation de la violence à l’égard des femmes y compris la violence sexuelle..

Ensuite, par la Création d’une Direction Générale de l’Égalité des Chances, et la Révision de la Constitution dans le cadre de la loi n°1/2018 du 12 janvier 2018 qui énonce le principe de la parité entre les hommes et les femmes tant au niveau politique que professionnel.

Enfin par la nomination de Madame le Premier Ministre Rose Christiane Ossouka Raponda.                                                              

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x