Les enseignants chercheurs Grévistes peuvent écoper de sanctions.

Devant les débordements enregistrés au sein de l’université Omar Bongo (UOB), l’École normale supérieure (ENS) et l’université des sciences et de techniques de Masuku (USTM), le patron de l’Enseignement supérieur au Gabon, M. Mougiama-Daouda envisage l’application des sanctions aux enseignants grévistes, en l’occurrence les enseignants chercheurs qui mènent des mouvements de protestation limitant de facto l’accès aux établissements susmentionnés.

“Le ministère n’exclut pas de faire déclencher par les administrations compétentes, le processus de mise en mesures conservatoires”, a indiqué le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, Frédéric Mambenga Ylagou.

À l’université Omar Bongo (UOB), l’École normale supérieure (ENS) et l’Université des sciences et de techniques de Masuku (USTM), les cours sont quasiment suspendus depuis quelques jours, pour cause les entrées principales étaient barricadées par les grévistes.

Face à cette dérive, Le ministère monte créneau et dénonce des abus de la part des grévistes “Les membres du SNEC sortent de force les non grévistes des salles de classe et les contraignent à ne pas faire cours.”, a signifié le secrétaire général du ministère. Il dénonce en effet, ” une entrave à l’ordre public et à la liberté de conscience”.

Demandant le retrait immédiat et sans conditions des barricades, le ministère ordonne désormais des chefs d’établissements, un rapport hebdomadaire de présence au poste.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x