Les pots de vins aux personnes dépositaires de l’autorité publique sévèrement punies

L’article 133 du code pénal gabonais sanctionne sévèrement le trafique d’influence sur toutes personnes dépositaires de l’autorité publique ou exerçant une fonction au sein de l’appareil étatique.

Des faits plutôt connus de tous, les pots de vins fournis aux agents de l’Etat en échange d’un service quelconque seront sanctionnés tel que prévue comme suit : « Est puni de dix ans d’emprisonnement au plus et de 50.000.000 de francs d’amende au plus le fait, par quiconque, de proposer sans droit, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques à une personne dépositaire de l’autorité publique, chargée d’une mission de service public ou investie d’un mandat électif public, pour elle-même ou pour autrui 

1. soit pour qu’elle accomplisse ou s’abstienne d’accomplir, ou parce qu’elle a accompli ou s’est abstenue d’accomplir, un acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat ;

2. soit pour qu’elle abuse, ou parce qu’elle a abusé de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une autorité ou d’une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable. »

Désormais avertis, les individus qui pratiquent ces actions afin de se voir attribuer des faveurs devront prendre la mesure des faits. Afin que nul ne l’ignore la loi dite pour tous vient remettre à plat certaines attitudes qui entretiennent la corruption dans notre pays.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x