Mécontent de l’ingérence de Philippe Autié, Ali Bongo précise au nouvel ambassadeur de la France ses limites

Hier alors que le Chef de l’état Ali Bongo Ondimba recevait les nouveaux ambassadeurs de la France, de l’Inde et du Brésil, dans son propos il a insisté sur le respect mutuel dans la coopération entre ces pays et le Gabon. Une intervention qui démontre que le Chef de l’état tient à rappeler à l’ordre suite aux incidents avec l’ancien représentants diplomatique de la France Philippe Autié jugé pour son caractère intrusif et ingérent.

Plusieurs États africains s’insurgent face aux diplomates que la France envois dans leurs pays qui ont du mal à rester dans leur rôle et à leur place. Ceci étant l’heure de la colonisation est révolu. Il faudrait alors que ces derniers apprennent qu’ils ne sont là que comme trait d’union pour maintenir les coopération entre les deux pays.
C’est cette vision que le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a tenu à rappeler aux nouvel ambassadeur de jeunes France Alexis Lamek qui débute à peine sa mission sur le sol gabonais. Le pays ne saurait tolérer un énième débordement.

Dans son propos, le chef de l’Etat a souligné qu’ « avec chacun de ces pays comme avec l’ensemble de ses partenaires, le Gabon entend bâtir des relations constructives, mutuellement profitables, fondées sur le respect mutuel ».

Le manque de respect dans les relations entre, le Gabon et la France à conduit le pays  à  se résoudre à rejoindre la grande famille anglophone du Commonwealth, car au sein de  cette organisation les relations entre la cinquantaine de membres sont réputées être plus égalitaires.

Dans les quelques mois le pays finalisera son adhésion au Commonwealth.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x