Paul-Marie Ngondjout a l’ambition d’être candidat à la prochaine présidentielle.

Malgré sa défaite étriquée (d’une seule voix) lors de la course à la présidence de l’Union Nationale (UN), Paul-Marie Ngondjout, qui a toujours du mal à accepter sa défaite, à cette élection sur laquelle il pèse plusieurs soupçons de fraudes. Le gendre du patriarche Zacharie Myboto, à la ferme ambition de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle.

Apparemment la sérénité ne semble pas être de retour au de l’UN, parti de l’opposition et pour cause, le candidat malheureux à la succession de Zach-Power, a réuni son état-major de campagne pour une séance de travail hautement symbolique. Notons que, le camp Paul-Marie Ngondjout ne décolère pas du tout, bien au contraire la tension est de plus en plus vive entre les deux camps.

La pilule ne passe toujours pas, d’ailleurs Paul-Marie Ngondjout, enchaîne les attaques contre Paullette Missambo, nouvelle patronne de l’UN, qu’il a au cours de son allocution de félicitations en marge du vote qualifié « d’adversaire », un qualificatif qui a tout son sens en politique. Mais ce n’est pas tout, car les partisans de Paul-Marie Ngondjout, tire à boulets rouges sur l’ex-ministre d’État sous feu Omar Bongo Ondimba, qu’ils accusent d’avoir truqué le scrutin.

Aujourd’hui, Paul-Marie Gondjout, ne cache plus la nature de ses intentions, il veut être candidat en 2023.

« Contrairement à ce qui est dit ça et là (de la part des proches de la nouvelle présidente de l’UN), Paul-Marie (Gondjout) ressort en réalité renforcé du scrutin du 13 novembre dernier », confie un de ses lieutenants qui a participé à cette réunion et qui souligne que « l’UN est au moins à 50 % rangé derrière (son) leader ».

« A demi-mots, Paul nous a fait comprendre qu’il se porterait candidat au nom du parti à la présidence de la République. Pour moi, ce serait tout à fait légitime, une évidence même », explique-t-il.

Et d’argumenter : « D’abord, Paulette (Missambo) a 71 ans. Elle ne peut plus incarner l’avenir. Ensuite, elle doit tendre la main à notre camp, car nous représentons 50 % des forces vives de l’UN. Enfin », conclut-il », « Paulette n’a pas véritablement le choix. Si elle ne nous tend pas la main (comprendre, si elle n’accepte pas de valider la candidature de Paul-Marie Gondjout à l’élection présidentielle sous les couleurs de l’UN), notre parti risque purement et simplement d’imploser ». Au regard de ce climat délétère, il est évident que les prochains jours s’annoncent sombres pour cette formation politique.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x