Paul-Marie Ngondjout,respectera-t-il le choix de la base.

L’épilogue sur la succession du patriarche, Zacharie Myboto est désormais connue. C’est la native de Lastourville (Lozo) Mme Paulette Missambo qui prend la tête de l’Union Nationale (UN). Auréolée de ce succès mémorable, il est évident qu’elle briguera les suffrages des Gabonais en 2023 à la faveur de la présidentielle.

Sauf que, cette élection longtemps repoussée, pour cause de tensions au sein de ladite formation politique, ne sera pas sans conséquences. En effet, il est clair que, les deux clans sont désormais à couteaux tirés, certains observateurs évoquent même une rupture totale.

Quid de la position de Paul-Marie Ngondjout.

L’Union nationale parviendra-t-elle à repartir en rangs serrés ? Paulette Missambo, arrivera-t-elle à recoller les morceaux entre ses différents clans ? Rien n’est moins sûr, voire impossible. À moins qu’un consensus ne soit trouvé entre les deux parties.

Pour ce qui est du clan Paul-Marie Gondjout, on n’a l’ambition de poser les bases dudit consensus, avec la mise en place d’une proposition. « Paulette Missambo a laissé entendre qu’elle ne sera pas candidate pour la présidentielle et, en même temps, elle s’est engagée à ce qu’il y ait un candidat issu de nos rangs, sinon c’est la mort du parti. Pour moi, le seul candidat possible, c’est Paul-Marie », indique un membre de son équipe de campagne. Cette proposition une « compensation légitime » par rapport au vote de samedi.

Et que se passera-t-il si la nouvelle direction décline la proposition ? « Alors il doit y aller tout seul », précise l’intéressé sans sourciller, assumant pleinement ainsi une forme de chantage politique.

Précisons au passage que Paulette Missambo avait remporté samedi une victoire étriquée (et controversée). Peut-être a-t-elle également remporté une victoire en trompe-l’œil. Car l’écart n’a pas été important, un fait qui démontre aisément la popularité du gendre de Zach-Power. Nous sommes donc ici face à un dilemme.

Si Paul-Marie Ngondjout, décide de se présenter, cela fragilisera davantage l’opposition Gabonaise qui est déjà bien tendre et connaît toutes les peines du monde à exister sur la scène diplomatique. Déjà minée par les départs de plusieurs de ses figures de proue, à l’instar de Jean Eyeghe Ndong, Frédéric Massavala, Féfé Onanga, Biendi Maganga Moussavou, René Ndemezo’o Obiang, Jonathan Ntoutoume Ngome et bien d’autres.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x