Plusieurs cadres du CLR dénoncent la décision d’exclusion de Nicole Asséle.

Le torchon brûle toujours au sommet de la colline CLR, la pullule ne passe toujours pas chez plusieurs cadres du CLR. L’exclusion brusque de Nicole Asséle, fille de Jean Boniface Asséle, président fondateur du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR) a déclenché une grogne au sein de ladite formation politique.

Les coordinations provinciales CLR du Haut-Ogooue et du Moyen-Ogooue, mais également les délégations communales de Libreville et les représentations provinciales de la Ngounié, de l’Ogooue-Ivindo, de l’Ogooue-Maritime sont montées au créneau pour contester l’exclusion récente de leur Délégué général. Un processus d’exclusion qui est en total désaccord avec les statuts et règlement intérieur de leur parti.

Selon les militants, seul un congrès peut, en effet, engendrer l’éviction de leur Délégué Général, parce qu’arrivé à ce poste par voie de congrès. Une réflexion en phase avec le texte voté lors du congrès de 2019. Au regard de cette situation, Jean Boniface Assélé va-t-il revenir sur sa décision où va-t-il prendre le risque de perdre une cohorte de militants ?

Rappelons que, Jean Boniface Assélé reproche à sa fille des actions mettant à mal l’unité et l’intégrité de sa chère formation politique. Une décision qui depuis est rejetée par sa fille.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x