Société civile ou militantisme politique ?

Chaque débat a son moment et sa tribune, il est important de ne pas confondre syndicalisme, actions de la société civile et appartenance politique. Ces derniers temps le paysage public Gabonais tourne autour du bras de fer entre le gouvernement et le COPIL Citoyen. Un bras de fer consécutif aux nouvelles mesures d’allégements relatives à la riposte contre la COVID-19, un fait qui s’est soldé par l’annulation de deux arrêtés en rapport avec ce dossier par la cour constitutionnelle.

Face à cette situation, le gouvernement qui tient absolument à garder le cap, vient de prendre un nouveau décret dont les mesures s’apparentent étroitement avec celles contenues dans les deux arrêtés querellés. Au regard de la pertinence dudit décret, il est fort probable que celui-ci passe comme une lettre à la poste auprès des juridictions compétentes en matière d’analyse de textes de lois.

Aujourd’hui une interrogation taraude tout de même, les esprits au Gabon. Sommes-nous devant des revendications d’ordres sociales ou politiques ? En effet, à l’observation des agissements de certains membres de la société civile, il est évident qu’il y a comme un mélange des genres, entre société civile et Parti politique. Nous sommes aujourd’hui très clairement face à des politiciens déguisés en membres de la société civile. Et pour cause, le dernier fait en date est le message vocal qui circule sur les réseaux sociaux, en l’occurrence WhatsApp, dans lequel on n’écoute très clairement un leader de l’opposition donné des instructions fermes et précises à un membre du COPIL Citoyen.

L’objectif du COPIL Citoyen, n’est donc pas à la recherche de l’intérêt général, mais bien au contraire à la satisfaction de petits intérêts égoïstes et égocentriques, le but de cette manœuvre « POLITIQUE », est d’entraver au maximum l’action gouvernementale.

COPIL Citoyen un mouvement de l’opposition radicale.

Au regard de cette première révélation, il est clair que, plusieurs leaders de l’opposition tirent les ficelles dans l’ombre, en finançant le COPIL Citoyen. Les revendications et autres plaintes du COPIL Citoyen sont ainsi des représentations théâtrales, dont la scénarisation est mise en musique par l’opposition.

Un fait qui s’explique par le coma profond dans lequel sont plongés les partis politiques de l’opposition traditionnelle, qui peinent à exister politiquement parlant. Par le biais de la société civile, ils pensent avoir trouvé un moyen d’expression.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x