Tribalisme et discrimination ethnique : Ali Bongo Ondimba dénonce

Au  cours de son discours  du 32 décembre, le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a  dénoncé le tribalisme dont font montre certains citoyens  notamment l’ancien premier ministre Paul Biyoghe Mba, qui s’en est pris mi-décembre à l’Assemblée nationale aux Nzebis (lire notre article) ou encore, fin octobre, du président du Rassemblement des Gaulois, Max Anicet Koumba, qui avait tenu des propos « antirépublicains » visant particulièrement l’ethnie Fang. La rédaction de la plume info.com à repris son propos.

« Mais il y a pire encore (que les anti-vaccins et les syndicats régulièrement en grève que le Président de la République a indexé un peu plus tôt, NDLR). Les cassandres qui, en mal d’inspiration et à la recherche d’une existence publique, n’ont rien trouvé de mieux que de ressusciter les vieux démons du tribalisme. L’Histoire nous apprend au quotidien que le résultat de tels agissements conduit à la désolation, aux crises et aux tensions fratricides.

Le Gabon est un pays divers et uni. L’Union est l’une des trois composantes de notre devise. Or, des apprentis sorciers insufflent aux oreilles de nos compatriotes le poison de la division. Ils montent telle communauté contre telle autre. Telle ethnie contre telle autre. Telle province contre telle autre. Je mets en garde ces apprentis sorciers qui distillent la haine. Je serai intraitable avec eux. Moi Président, le Gabon restera un et indivisible. Tous les Gabonais et toutes les Gabonaises sont frères et sœurs. Et ils le resteront. Je voudrais le répéter ici et avec force, « nous n’avons pas de pays de rechange » ! »

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x