Tribune Libre : INGRID LEYOUBOU 1er Maire Adjoint au 1er arrondissement de Port-Gentil

NOUS Y SOMMES.

Faisant suite aux modifications de la loi n 15/72 du 29 Juillet 1972 portant code civil en République Gabonaise et particulièrement des dispositions relatives au mariage, aux régimes matrimoniaux, aux droits, devoirs et obligations des conjoints engagés dans le mariage qui est une institution de notre société; laquelle s’inscrit définitivement dans la réduction des inégalités hommes-femmes au Gabon.

Il y a quelques mois encore, ne doutant point de la clairvoyance de nos deux chambres du parlement quant à l’adoption des nouveaux textes du code civil, dans une plate-forme dédiée, je sollicitais déjà de l’ensemble des officiers de l’état civil l’adaptation imminente des différents supports relatifs à la célébration du mariage.

Mais également, de l’ensemble des acteurs de la vie publique, à une prise de conscience et des sensibilisations en rapport à ces différents changements positifs qui démontrent indéniablement une évolution en la matière de la société Gabonaise.

Je viens une fois de plus, encourager les époux et futurs époux à prendre parfaitement connaissance des nouvelles dispositions qui régissent le mariage.

En effet, au terme des modifications susmentionnées plusieurs dispositions de notre code civil ont été améliorées.

Désormais, et suivant le nouveau texte, les époux sont égaux aussi bien pour ce qui est de la responsabilité dans la conduite et la gestion du foyer que pour toutes les charges y relatives.

Ces évolutions du texte qui fonde le mariage ont pour conséquence évidente la modification des effets du mariage.

Qu’il s’assagisse du choix du domicile familial, des obligations de l’un envers l’autre, des contributions financières, de la gestion du foyer etc… Les rôles sont désormais assumés à part égale.

En y regardant de plus près nous constatons que de gros bouleversements se
feront principalement du côté de l’épouse qui désormais est obligée d’endosser et assumer son nouveau rôle de cheffe de famille avec toutes les contraintes qui s’en suivent.

In fine, les innovations qui affectent le mariage viennent ici rappeler à toutes et à tous qu’aucun droit ne s’obtient sans devoir.
Chères dames, à nous d’assumer nos nouvelles charges et responsabilités.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x