Tribune libre: Jo DIOUMY MOUBASSANGO lance une alerte sur l’affaissement de la qualité des acteurs de l’opposition gabonaise

Fini le temps des grands opposants, des hommes aux convictions chevillées au corps, des hommes avec un sens élevé de la République, ceux qui privilégiaient les idées au-delà des considérations personnelles. Fini l’époque des Oyono Aba’a, Mba Abessole des années 90, Pierre Mamboundou et son sens de la précision où André Mba Obame et son éternelle exigence d’une nouvelle intelligence gabonaise pour le pays.

Il est bien loin le temps où l’on parlait de sujets importants comme la biométrie, l’école cadeau ou de l’hôpital cadeau. Bien loin le temps des accords, ceux de Paris et d’Arambo. C’était l’époque d’une intelligence supérieure où la qualité des hommes importait. Seuls ceux qui avaient été initiés à la politique par certains maîtres pouvaient prendre la parole. Je ne suis pas un nostalgique du passé mais je regrette cette époque parce que la qualité de ces interlocuteurs-là n’aurait pas permis de laisser de la place aux débrouillards politiques actuels, qui n’ont qu’une mission: celle de rabaisser au maximum le débat public, de traîner dans la boue un exercice démocratique pourtant si prestigieux.

Il n’y a à ce jour aucun lien génétique évident entre la génération dorée de la politique gabonaise notamment de l’opposition qui a permis de pousser à la démocratisation de notre pays en 1990, de négocier le tournant de 1993 pour aboutir aux accords de Paris un an plus tard et cette génération née d’un accouchement dystocique, conséquence d’une transition numérique mal maîtrisée et qui a finalement libéré de petites monstruosités politiques. Quand j’écoute et lis ceux qui désormais se présentent comme les animateurs de l’opposition gabonaise, que ce soit dans la vie réelle ou sur les réseaux sociaux, je suis en droit de m’alarmer.

Le constat est amer. Appauvrissement de la qualité des hommes au sein de l’opposition gabonaise. Ce n’est pas tant qu’il n’y ait plus d’hommes de valeurs au sein de cette famille politique mais le pourcentage de plaisantins, guignols et autres opportunistes est tellement élevé que l’ivraie a submergé la bonne semence. Les gens me diront mais même si cela est le cas, ton problème est où dans ce naufrage intellectuel et conceptuel de l’opposition ?

Je ne peux rester insensible devant l’absence d’imagination qualitative au sein de l’opposition. Il est extrêmement dangereux de laisser prospérer un discours tenu par des hommes qui ont fait la moitié du chemin intellectuel et qui n’ont cependant pas fait l’effort de parfaire leurs connaissances auprès de maîtres. Je suis réellement inquiet devant le spectacle pitoyable qu’offre l’opposition actuelle qui s’affirme régulièrement dans le débat de personnes, émet constamment des jugements de valeur et poursuit le saccage de l’opinion avec les dangers que cela comporte. Il faut publiquement soulever le débat sur la qualité des hommes de l’opposition et arrêter ce massacre qui crée de la confusion dans l’arène politique actuelle.

Cette dégradation rapide de la qualité du débat alors que nous sommes un petit pays démographiquement, fait peser sur les « preneurs de parole de l’opposition » un réel soupçon d’incompétence. Cela se poursuit dans la presse proche de l’opposition qui n’est plus, de l’avis de plusieurs, qu’un exutoire. Les analyses rationnelles ont foutu le camp laissant place aux procès en sorcellerie, aux propos sensationnels et diffamatoires.

Fini l’époque des grands journalistes comme « Ngoyo Moussavou, Mbegha Effah » et autres belles plumes qui rythmaient les colonnes des journaux. Aujourd’hui les blogueurs et autres personnages de cirque ont envahi les rédactions. Le résultat est sans appel, l’intérêt à lire la presse proche de l’opposition a considérablement baissé.

Nous devons défendre l’opposition gabonaise en extirpant de ses rangs les ferrailleurs de la parole et de la plume. Il faut une exigence de qualité pour éliminer de facto toutes les anomalies auxquelles nous nous sommes habitués dans l’opposition. Encore une fois, je demande à ceux qui liront ce texte de se positionner comme étant des défenseurs de la République, des patriotes, ainsi ils comprendront que cette alerte que je lance, s’inscrit dans la mission citoyenne à laquelle chacun devrait être attaché.

Mes ambitions sont plus modestes que les interprétations qu’en feront une partie de mes détracteurs. Oui, c’est vrai, je n’ai pas l’intention de réformer l’opposition gabonaise. S’il y avait un mérite que certains pourraient gentiment m’attribuer à posteriori où même à titre posthume, ce serait celui d’avoir poser le débat de la qualité des hommes au sein de l’opposition gabonaise. Ne m’opposez surtout pas la même réflexion en ce qui est de la majorité, s’il y a bien une famille politique qui a évolué, changé de visages et de pratiques, c’est bien la majorité. Nous avons déjà fait notre mue.

Enfin, pourquoi est-ce important pour moi de pousser à une opposition de qualité ? D’abord parce que je ne peux rester immobile devant un tel niveau d’affaissement du débat public majoritairement dû aux raisons que j’ai énumérées plus haut. Ensuite parce que certains hommes respectables au sein de cette famille politique (opposition), se sont eux-mêmes parfois agacés de la présence dans leurs rangs, de mercenaires à la fragilité sociale évidente, aux vertus intellectuelles illisibles et aux convictions politiques inexistantes (je ne fais que citer un membre éminent de l’opposition gabonaise).

Ensuite parce qu’en définitive, « tout le monde veut le pouvoir mais ce que les opposants ignorent, c’est qu’ils sont le contre-pouvoir et le contre-pouvoir est aussi le pouvoir ». A ce titre, la stabilité politique de notre pays, dépend en partie de la qualité des hommes au sein de l’opposition gabonaise. Voilà pourquoi je pense humblement faire œuvre utile, en interpellant sur la nécessité de faire renaître « la qualité » chez nos adversaires politiques. C’est possible.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x